Neuf pardons [Magnolia, Paul Thomas Anderson, 2000]

Pour son second long métramagnoliage, Paul Thomas Anderson quitte le porno pour le pardon. N’y voyez là aucun signe de confession, Magnolia est son unique merveille. Et de loin. Neuf âmes perdues dans un Los Angeles pluvieux, fuyant un passé qui ne cesse des les hanter, elles se croisent sur une journée qui va changer leur vie.

Pardonner semble être la seule solution que propose Anderson face aux problèmes auxquels sont confrontés William H.Macy, Julianne Moore et John C.Reilly entre autres. La mort d’un proche, la dépression, la solitude, le chômage sont autant de raisons pour perdre l’envie de d’aller de l’avant, d’affronter le lendemain, de vivre.

Anderson applique la forme chorale à son œuvre tant pour dépeindre de multiples personnages torturés, bons, vils, ou déphasés que pour mettre en avant les talents de ses acteurs (notons d’ailleurs la performance de Tom Cruise incroyable de crédibilité et de justesse, inédit depuis Rain Man). Les longs plans séquences alternés d’un dialogue en champ contre-champ rendent sa mise en scène virtuose, et donnent le style de Magnolia: tragique, moderne et complétement dingue.

Dingue parce qu’il n’y aurait qu’un catholique pour croire que l’amour est la clé du pardon. Apprendre à aimer la vie telle qu’elle se présente, avec ses hauts et surtout ses bas. Et c’est bien le message du réalisateur. Ses neuf personnages, tous autant faibles et imparfaits qu’ils sont, ont un point en commun: ils ont tous besoin d’amour ou de l’amour à donner. Lorsque tout dégénère, s’écroule et se disloque règne en maître absolu l’optimisme. La rencontre entre un père et son fils, les aveux d’une femme adultère, une relation amoureuse naissante entre un policier et une droguée… rien ne semblait les y faire parvenir, et pourtant…

Portée par des acteurs incroyables et un scénario écrit en trois semaines, Magnolia est l’une des plus belles œuvres d’un optimisme souverain. Tragique, moderne et complètement dingue.

Aimée Le Roux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s