L’amour en silence [Un Tigre parmi les singes, Stefano Incerti, 2011]

Premier long-métrage distribué en France du réalisateur, scénariste et producteur italien Stefano Incerti, Un Tigre parmi les singes est une œuvre décalée et surtout inclassable.

Marino Pacileo surnommé Gorbaciof, à cause de la tâche de vin qu’il porte sur le front, est comptable à la prison de Poggioreale à Naples. Réservé et silencieux, il a un vice : le poker. Lorsqu’il découvre que le père de Lila, la jeune Chinoise dont il est amoureux, ne peut couvrir ses dettes de jeux, il vole l’argent de la caisse de la prison pour le donner à la jeune femme. Entre endettements, pots-de-vin et vols, Gorbaciof commence alors une irréversible descente aux enfers.

Si le nom de Gorbaciof est sans rappeler celui d’un ancien dirigeant de l’URSS qui avait également une tâche sur le haut du front, heureusement pour nous, ces deux hommes n’ont que le nom de ressemblant. Notre héros, en-dessous de son costume trop étroit qui rend ses poignées d’amour saillantes, de ses cheveux gras tombant sur la nuque et de sa démarche en canard, est un homme généreux et surtout amoureux.

Dans Naples poussiéreuse plombée par un soleil accablant, Gorbaciof se fait prince charmant auprès de Lila, (l’inconnue Mi Yang) au doux visage et aux yeux tendres et pétillants. Seulement voilà : Lila est Chinoise et ne parle pas l’italien. Alors que tout dialogue avec les autres personnages est vain et dénué d’intérêt, Lila et Gorbaciof se comprennent sans parler. Voilà qui est merveilleux. La compréhension de l’autre passe par le silence. On se croirait presque dans un film de Bresson, dans Pickpocket plus exactement, où les actes valent plus que tout autre moyen de communication.

Les scènes entre eux semblent passer au ralenti, mais cette lenteur n’accable pas le récit, tout au contraire : elle rend possible ce qui paraît d’emblée impossible, une connivence entre deux être que tout sépare. La sobriété et l’économie des dialogues magnifient Un Tigre parmi les singes qui devient une œuvre incontournable.

Stefano Incerti crée une ambiance fascinante, entre le film noir et l’histoire d’amour, grâce aux réverbères jaunes dans la nuit, aux habits rouges de Lila derrière l’aquarium bleu Klein… Une image très poétique signée Pasquale Mari qui participe amplement à l’atmosphère délicate et pleine de tendresse. Sans prétentions, Diego de Silva et le réalisateur signent ici un drame rare et singulier.

Un Tigre parmi les singes c’est un moment magique à partir de pas grand chose, c’est Toni Servillo enseveli dans un mutisme qui révèle son génie d’acteur, c’est la révélation d’une étoile jusque là inconnue en Occident, en résumé : Stefano Incerti, un réalisateur à suivre absolument.

 

Aimée Le Roux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s